PRODUCTION VIDEO - REALISATION FILM VIDEO ENTREPRISE
REALISATION FILM ENTREPRISE - CONTACT
FILM ENTREPRISE CORPORATE - ORANGE CLIGNOTANT - MAISON DE PRODUCTION AUDIOVISUELLE
REALISATION FILM VIDEO PROFESSIONNEL D ENTREPRISE - FILM CORPORATE POUR SOCIETE
PRODUCTION VIDEO - REALISATION FILM VIDEO ENTREPRISE

  Sièges Social et d’Exploitations : rue du Drapeau, 45 - 1070 Bruxelles --- Jagersdal, 121 - B-1600 Sint-Pieters-Leeuw

Einstein Science Park, rue du Bosquet, 7 - 1348 Louvain-la-Neuve

Tel + 32.2.377.12.68. Fax + 32.2.332.09.07. p info@orangeclignotant.be p RPM Bruxelles - TVA BE 0871.387.919.

Copyright 2010 - All rights reserved Orange Clignotant sprl

NE PRENDRE AUCUN RISQUE INUTILE


En préparant votre projet, en sélectionnant judicieusement votre maison de production et en l’accompagnant tout au long de votre projet, vous aurez investit de votre temps et beaucoup d’énergie, certes. Mais le jeu en vaut la chandelle !


Un mauvais film peut être à ce point contreproductif qu’il est parfois préférable de l’oublier au fond d’un tiroir alors qu'un bon film se rentabilise très rapidement et porte toujours plus de fruits qu’attendus.




Alexis DE LA CROIX,

Managing Director - Orange Clignotant

  

SUIVRE LA PRODUCTION


Une fois la mission lancée, suivez-en la production !

Exiger des plans de tournages aux horaires précis. Si bien des aléas peuvent en éloigner la production, il n’est pas question de vous retrouver avec des équipes de tournage encombrantes et paralysant tout ou partie de votre entreprise, de votre personnel ou des éventuels acteurs.


Pour un film d’entreprise corporate, n’hésitez pas à communiquer et à associer votre personnel au tournage. Il en sera ravi. Veuillez également à accompagner ou à faire accompagner les équipes de tournage par une personne compétente capable d’aiguiller, de conseiller et de faciliter le tournage tout en veillant aux respects de vos normes de sécurité. Attention également au « droit à l’image » de votre personnel, par exemple.


Il est déjà arrivé de devoir remonter tout un film pour y supprimer la présence d'un membre du personnel qui, une fois licencié, a refusé catégoriquement de se voir encore apparaitre dans celui-ci !


Une maison de production sérieuse aura prévu un certains nombre de briefings de suivi avec vous. Ils sont essentiels pour s’assurer, de part et d’autre, que vous êtes toujours bien sur la même longueur d’ondes.

Avant qu’il ne soit trop tard.

  

AFFINER VOTRE PROJET


Avant toute chose, rappelez-vous qu’un prestataire retenu pour ses qualités et ses compétences pourra toujours adapter son offre aux nécessités réelles de votre projet. Un prestataire retenu pour sa proposition budgétaire ne pourra pas spécialement adapter ses compétences à vos attentes et nécessités ! Qui peut le plus, peu le moins...


Affinez donc votre projet à la lumière des différentes propositions reçues et faites adapter l'offre du prestataire que vous aurez retenu.


Votre projet pourra ainsi s’enrichir et se reformuler avec plus de précisions tandis que les moyens humains et techniques déployés pourront y être parfaitement adaptés.

1. Exiger de recevoir des offres aux postes ventilés.

Si 10 ou 20 % de votre budget est consacré à la préproduction de votre film (briefings, scénarisation, story-board, plans de tournages,…), il est normal que celui-ci soit 10 ou 20% plus cher que l’offre se limitant à la captation et au montage et rien ne vous empêche de faire supprimer ce poste…


2. Faites-vous expliquer le choix de vos prestataires.

Tous les formats ne sont pas les mêmes et n’offrent pas les mêmes qualités d’image (en définition, en contraste, en luminosité). Ils doivent cependant correspondre aux nécessités de votre film. Ni plus, ni moins. Et il en va de même pour tous les autres moyens techniques proposés par les soumissionnaires. Un prompteur, par exemple, peut faire gagner des heures de tournages et changer radicalement le dynamisme d’une présentation… Pourtant une offre sans prompteur paraitra de prime abord moins chère et plus avantageuse !


3. Jours de tournage et jours de montage

Si, généralement, on ne peut intervenir que faiblement sur le nombre de jours de tournage, le nombre de jours de montage est quant à lui un réel exercice d’équilibriste pour le soumissionnaire. Plus le nombre de jour de montage est élevé, plus le dérush sera précis et judicieux (le choix des images retenues pour le film parmi l’ensemble des images filmées) ; plus le montage sera soigné ; plus les effets pourront être précis et étudiés ; etc.


Il y a des limites évidentes : lorsque je vois des offres de films (pas de reportage) au nombre de jours de montage équivalent au nombre de jours de tournages, on peut logiquement se poser des questions sur la qualité du travail fini !


Sachons-le,  le montage est l'étape cruciale dans la réalisation du film : une véritable « table de réanimation » après l'opération de tournage dont dépendra prioritairement la qualité finale de votre production. 


Ce sont là quelques points parmi tant d’autres mais n’hésitez jamais à questionner vos soumissionnaires afin de mieux comprendre leurs choix et les éventuelles incidences que ces-derniers ont sur la potentialité de réussite de votre film et sur ses qualités finales.

ET BUDGETAIREMENT ?


A ce sujet, il est indispensable de faire l’exercice, souvent difficile (et surtout dans ces domaines techniques) de comparer ce qui est comparable. 


Ma grand-mère avait l’habitude de dire qu’il fallait être très riche pour pouvoir se permettre d’acheter trop bon marché… 


La formule a vraiment pris toute sa signification lorsqu’en comparant des offres faites à un de mes clients, j’ai pu me rendre compte à quel point certaines de celles-ci étaient démesurément chères (et parfois même malhonnêtes) tout en étant meilleures marchées que d’autres…

ETRE SUR LA MEME LONGEUR D’ONDES 


A la lecture des offres ou des projets reçus, vous pourrez facilement vous faire une idée sur l’adéquation entre votre projet et les prestataires (leurs différentes propositions).


Ont-ils compris (reformulé) mon projet ? Leur approche est-elle bien structurée ? Parlent-ils du traitement narratif et esthétique ? Prévoient-ils un repérage des lieux ? Des briefings de suivi ? Un story-board ?


Quels sont les qualités et l’expérience de mes interlocuteurs ?

Leur offre est-elle pérenne (les retrouverez-vous dans 3 ans pour une mise à jour de votre film ?)


Quels moyens humains et techniques (équipe, caméra, éclairage, prompteur, travelling, steadycam, grue,…) déploient-ils ? Combien de jours de tournage et de montage prévoient-ils ?


Prennent-ils en charge les traductions ? La gestion des droits à l’image ?  A quoi s’engagent-ils précisément ? Un ours (maquette) me sera-t-il présenté pour aménagements ? Acceptent-ils les corrections ?  Cherchent-ils à vous engager dans le temps, en termes de droits, de diffusion ?


Autant de questions auxquels il est important de pouvoir répondre parce qu’un prestataire se situant sur la même longueur d’ondes que la vôtre vous fera gagner un temps considérable ; vous suggèrera moult idées (enrichissant ainsi votre projet) et vous permettra d’importants gains de temps et de tracasseries.

DONNER UN BRIEFING « D’ENTREE »


En ayant clarifié ainsi votre projet, vous serez en mesure de transmettre un premier briefing à 3 ou 4 prestataires que vous aurez préalablement sélectionnés.


Cette  short list ne peut décidément pas se faire à la légère : préférentiellement reconnus et présents sur le marché depuis quelques années déjà, choisissez les en fonction de votre projet, de son ampleur et de votre budget.


Leur showreel (bande démo) vous donnera également une première estimation de leurs compétences et de leur(s) univers propre(s). Ne vous attendez cependant pas à y trouver votre film… Il n’a pas encore été tourné !


Méfiez-vous aussi des films mis en étalage et n’émanant pourtant pas globalement du prestataire ! La pratique est courante dans le secteur.


Rencontrez-les (rien de mieux pour jauger votre interlocuteur) et demandez-leur une offre précise basée sur votre projet décrit lors de ce premier briefing.

DEFINIR LE PROJET ET VOS MOYENS


Avant de penser à votre prestataire, déterminer avec précision votre projet.

Dans quel contexte s’inscrit-il ? De quoi parle-t-il ? A qui s’adresse-t-il ?

Quel(s) but(s) poursuit-il ? Qu’en attendez-vous précisément,  à court et moyen termes ?


Y-a-t-il d’autres « actions » passées, futures, parallèles interagissant ou susceptibles d’interagir avec votre projet ? 

Quels moyens intellectuels et humains êtes-vous prêt à mettre à disposition de ce projet ?

Enfin, tant que faire se peut, évaluer l’enveloppe budgétaire que pouvez y consacrer.



VOTRE SUJET ET SON TRAITEMENT


Il nous arrive d’être confrontés à un projet de film (ou d'une capsule vidéo) dont le sujet n’a pas du tout encore été envisagé par son donneur d’ordre. « Je voudrais faire réaliser un film destiné à marquer notre présence sur le web et à augmenter le nombre de visiteurs sur notre site » ou encore, « nous fêtons le 50ème anniversaire de notre société et avons décidé à cette occasion de réaliser un film… ». Notre rôle consiste alors à commencer par imaginer tous les angles d’attaques possibles dans le contexte propre au donneur d’ordres afin de concevoir le ou les sujets potentiellement capables de répondre à ses objectifs.


Mais dans la majorité des cas, le client a déjà conçu, de manière très générale, parfois même très précise, le sujet de son film.


Il peut effectivement s’avérer utile de prendre le temps mettre à plat les sujets et les arguments que l’on veut voir aborder dans son film, leur chronologie, leur approche. Tout en gardant à l’esprit qu’il ne s’agit pas de scénariser parfaitement son film mais, bien au contraire, de garder les portes ouvertes aux regards extérieurs (souvent néophytes au sujet), à d’autres éclairages et aux apports d’idées nouvelles.


Le traitement narratif (journalistique, factuel, humoristique, social,…) ainsi que son approche esthétique peuvent également faire l’objet d’une première réflexion capable d’orienter le choix du prestataire, même si ces derniers peuvent (doivent) être déterminés (dictés) par des considérations stratégiques (objet, objectifs, groupes cibles, marchés,…)


Notons au passage que repérer des films sur Internet (voir certains effets spécifiques) ou faire référence à des films cinématographiques est souvent le moyen le plus direct  pour en transmettre des idées esthétiques.

  

DECISIF : LE CHOIX DU PRESTATAIRE


Pour toutes ces raisons, la conception et la réalisation d’un film vidéo, au sens large du terme, ne se limitent pas à la prestation de bons techniciens mais requièrent un réel savoir-faire : auditionner et comprendre les objectifs ini-tiaux, leurs cibles, leurs environnements.


Pouvoir conseiller, éventuellement réaiguiller et redéployer les objectifs du client est essentiel !

 

Mettre en place tous les outils “Marketing & Communic-ation”, scénaristiques et techniques capables d’atteindre (de manière concrète) ces objectifs - tout en se conformant aux critères budgétaires de son commanditaire !


Toutes les maisons de production et agences vidéo ne sont malheureusement pas en mesure d’offrir cette approche globale, pourtant indispensable à une image positive et aux véritables Retours sur Investissement (ROI) et sur Objectifs (ROO).


Le choix de votre prestataire sera donc décisif.

LA VIDEO PERMET AUSSI...


Bien sûr, la vidéo amplifie encore toujours l’image moderne et trendy de l’entreprise  et son usage accroit les référencements sur le web…


Mais surtout, la vidéo favorise l’identification du spectateur et démultiplie les facteurs de mémorisation. La vidéo est également capable de révéler l’inaccessible à l’œil nu, notamment par le biais de caméras à grandes vitesses (permettant des ralentis très expressifs) ou par le biais de caméras à infra rouge (permettant de filmer dans le noir). A ce titre, la vidéo un outil danalyse ultra-performant.


Enfin, la vidéo est un instrument de socialisation et pas uniquement lors de sa projection ou de son tournage. Il s’offre une place de choix en Ressources Humaines, notamment au niveau du Team Building (pensez au succès non démenti du Lipdub) mais pas uniquement.

POURQUOI ET COMMENT REALISER UN FILM D'ENTREPRISE

LE SENS NARRATIF


Laissez-moi prendre un exemple : lorsque vous feuilletez une brochure, lorsque vous visitez une page Web ou même, lorsque vous parcourrez un document, vous y captez des informations au gré de vos propres intérêts, de votre curiosité, d’automatismes visuels et d'émotions.


Une information partielle ici, une légende de photo là et, par ci par là, quelques paragraphes. Le tout, de manière le plus souvent désorganisée.


Pourtant, un message (et à fortiori un message plus ou moins complexe) ne peut être valablement compris et assimilé sans être appréhendé dans son contexte et suivant un sens narratif logique et progressif.


La vidéo permet de mettre en place et d’imposer ce sens narratif : elle organise la présentation successives des informations de manière fluide et dans l’ordre adéquat, capable d’amener le spectateur à bon port.


Un ordre auquel le spectateur ne peut se soustraire puisqu’il s’agit d’un support dynamique. De cette manière, la vidéo favorise la compréhension du message, sa mémorisation et l’adhésion du spectateur.


La structure narrative, parfaitement maîtrisée, est le plus précieux avantage du film et de la vidéo (du film) ; un rouage crucial de son efficacité qui requiert néanmoins l’expertise technique simultanée de la Communication et de la Réalisation.

  



FILM D’ENTREPRISE ?


Le film vidéo d’entreprise est un projet audiovisuel (d’une société ou d’une institution) ayant pour objectif d’améliorer son image, d’expliquer ses propositions, d’accroître les ventes de ses produits et d’augmen-ter la performance de ses collaborateurs.

C’est la société (ou l’institution) qui en exprime la nécessité, qui le finance et qui compte en tirer les bénéfices.

 LE JUSTIFIER


Les raisons pouvant justifier la réalisation d’un film sont extrêmement nombreuses et fluctuent en fonction de chaque objectif et de leurs environnements. Les aborder par le détail reviendrait à écrire un livre de plus de 500 pages… ce qui n’est ni votre attente, ni l’objet de cet article. Sans entrer dans ce détail donc, je me contenterai de citer ici quelques-uns des avantages du média lui-même :


1. il permet de réaliser des économies substantielles de (re)présentation (au sens large du terme),

2. il répond à une demande et une attente des publics (toutes générations confondues),

3. il permet de diffuser largement et de crédibiliser un message ou concept (argumenté),

4. il façonne, parfait ou contribue à l’image positive de l’entreprise ou de l’organisation

5. il permet d’impose un sens narratif.


Ce dernier point est éminemment essentiel !

Découvrir la page du site d'Orange Clignotant

et son offre pour ce type de productions vidéo